l'album "Nebula" est disponible dès maintenant

en version physique ou Digitale !

Téléchargement gratuit pendant toute la période de confinement liée au coronavirus : Cliquez sur la pochette ci-dessous !

NEBULA _Front.jpg
 

Né en Belgique le 20 Avril 1989, Michaël Vigneron débute son apprentissage de la musique à l’âge de 6 ans. Il poursuit un cursus de piano classique au conservatoire de Perpignan où il obtient un DEM en 2007. Puis C’est en Bourgogne qu’il entame des études musicales supérieures et obtient en 2014 un diplôme d’état de professeur de piano. Par ailleurs très influencé par les musiques actuelles et le jazz, il rencontre le pianiste de Jazz Pascal Salmon avec qui il étudie pendant deux ans au conservatoire de Rennes. En 2017, il obtient un DEM de Jazz et poursuit sa formation au Centre Des Musiques Didier Lockwood afin d'étudier auprès de Benoît Sourisse et André Charlier.
 
En 2016 il monte le trio « White from Black » avec le batteur Simon Prudhomme et le bassiste Benjamin Clément. Ensemble ils enregistrent un premier EP, « Where is Africa ?». Finalistes du Tremplin de Jazz à Vienne et de Jazz en Ville en 2017, ils remportent le Tremplin Jeune Talent du Festival de Jazz à Saint Germain Des Prés l'année suivante. Un solide accompagnement pendant plus d'un an l'emmène ensuite a redéfinir son univers et ses différents projets. Toujours avec ses deux complices il met alors une parenthèse au groupe White from Black pour explorer de nouveaux horizons, prévoyant ainsi la sortie de son premier album "Nebula" pour le printemps 2020.
Egalement élu lauréat du Programme "Freshsound 2018" du festival Jazz à L'Etage (Rennes) il fonde un Quartet avec le batteur André Charlier, le contrebassiste Grégoire Obouldief et le saxophoniste Noé Moureau-Nery avec lesquels il produira cette année un deuxième disque intitulé "Elementia"...
 

Pour ce premier album en trio, Michaël Vigneron revendique un retour à l’enfance. Au moment où naît son fils, lui se désencombre de tout le matériau accumulé pendant des années de conservatoire, de pratique et d’études imposées. Brusquement, il fait silence. Et dans le soir qui tombe, resurgit la berceuse, un solo de piano, qui plonge dans les rêves et soutient l’imaginaire indispensable à l’enfant pour se confronter à la nuit.

Un jour, le musicien est parti sac au dos. Il avait l’habitude du voyage lui qui, enfant, a connu la Belgique, Perpignan, Dijon, Le Creusot. Mais pour cette itinérance-là, il fallait aussi se coltiner les petits boulots, les imprévus, le quotidien. De cet inconnu, il est ressorti affranchi. Dans cette histoire qui va de Rennes à l’île de Groix, en passant par le CMDL, Centre des Musiques Didier Lockwood, et le Festival Jazz à Saint-Germain-des-Prés, dont il est lauréat du Tremplin Jeune Talent en 2018, la terre bretonne joue son rôle. Amitié et complicité réunissent à ses côtés le batteur Simon Prudhomme et le contrebassiste Benjamin Clément, rencontrés au conservatoire de Rennes en 2015. Ils ont pris très vite l’habitude de travailler ensemble dans une longère, qui est un concept en soi, un lieu propice à l’évolution. On l’entend le fou rire du marin de l’espace empreint de cosmologie moderne, quand il passe de Ravel, Messiaen, Rachmaninov, et des romantiques russes au jazz, sous le toit en chaume.

 

La couverture de ce nouvel album est un prolongement de la construction musicale. Il en a confié la réalisation à Richard Guérineau, auteur de bande dessinée. Un enfant y figure la tête levée, autre songe de l’homme debout face au Ciel. La nébuleuse se déploie dans l’imaginaire et le réel confondus, que saisissent ceux qui savent voir avec le cœur, noyau immuable.

©Michaël Vigneron 2020